Canada/Reb(((o)))nds/Voir.ca

FNC Montréal: « Survivre au progrès »

SurvivingProgress.jpg

ARTS | CINÉMA / gary.drechou@gmail.com

Après Guilty of Romance, on enchaîne avec Survivre au progrès et La balade de Genesis et Lady Jaye, deux films documentaires… Toujours en direct du Festival du nouveau cinéma (FNC), à Montréal.

Survivre au progrès, de Mathieu Roy et Harold Crooks (Québec/Canada):

Rien de franchement « nouveau », sur le plan formel, dans ce documentaire de Mathieu Roy et Harold Crooks (narration de The Corporation) inspiré du best-steller A Short History of Progress, de Ronald Wright… mais une entrée en matière saisissante et une table des matières capitale.

J’avais déjà défendu ici L’encerclement – La démocratie dans les rets du néolibéralisme, un documentaire qui avait ensuite reçu les faveurs du jury à Nyon (Grand Prix Visions du réel 2009), et je ne peux donc que recommander Survivre au progrès. Les deux films ou « deux faces d’une même pièce » ont au moins une conclusion en commun, bien que plus polie (et moins politique) dans Survivre au progrès: bandits, rendez monnaie! Mention spéciale, en passant, à la bande son de Patrick Watson (sans jeu de mots).

Présentation de Helen Faradji dans le programme du festival:

« Qu’est-ce que le progrès ? À quoi sert-il au juste ? Est-il une chance pour l’humanité ou une malédiction ? En quoi les transformations industrielles, économiques, scientifiques nous affectent-elles, nous et notre planète ? Faut-il avoir peur ? De la chasse aux mammouths à la grande crise financière des dernières années, de la dette de la Rome antique à la déforestation de l’Amazonie, ne ferions-nous que répéter des modèles en en empirant les conséquences ? Autant de questions, complexes et vastes, qu’aborde avec beaucoup de pertinenceSurviving Progress, documentaire réalisé par Harold Crooks et Mathieu Roy. Profitant de la présence de quelques grands esprits de notre temps (Jane Goodall, Margaret Atwood, Stephen Hawking, David Suzuki) et inspiré par le livre A Short History of Progress de Ronald Wright, le film nous fait remonter jusqu’aux sociétés les plus anciennes pour mieux comprendre ce que la vie que nous menons aujourd’hui peut avoir de dangereux. Sans donner de leçons de morale, mais peignant un tableau nourri de perspectives, le film, fascinant et visuellement très ambitieux, tire une sonnette d’alarme que nous n’avons pas le choix d’entendre. Avant qu’il ne soit trop tard. »

La balade de Genesis et Lady Jaye, de Marie Losier (États-Unis): 

Une belle réussite sur la forme et une grande histoire d’amour, dans le fond. On se baladera longtemps avec Marie Losier, espérons-le. En toute humanité.

Présentation de Julien Fonfrède, dans le programme du festival:

« Rock star ultime et singulière, héritier de Burroughs et Brion Gysin, Genesis Breyer P-Orridge est le membre fondateur des légendaires groupes Throbbing Gristle et Psychic TV. Ce pionnier de la musique industrielle et précurseur de la techno psychotrope est aussi un grand performeur. En 2000, par le biais de la chirurgie plastique, lui et Lady Jaye, sa compagne, décident de fusionner. Chacun deviendra l’autre, donnant alors naissance au « Pandrogyne », une entité pure de dévotion amoureuse.

Alors que de nos jours les rêves d’amour et de beauté nous sont vendus par des marchands que l’idée de différence terrifie grandement, ce premier long métrage d’une star de l’expérimental nous offre l’une des plus belles histoires d’amour par le biais d’une des plus radicales performances artistiques que notre monde aura connu. Transgressif, réflexif et divertissant, le film évite tous les pièges du freak show facile, se concentrant sur une vraie relation amoureuse défiant les limites de l’art et des identités sexuelles. Depuis son passage remarqué au Festival de Berlin, ce documentaire ne cesse de faire parler. Autant sur l’amour de l’art que sur l’art de l’amour, une étonnante ode à la communion pour un film majeur et ô combien pertinent. »

[Initialement publié sur le blogue Reb(((o)))nds]

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s